11 novembre 2012

Les Ecureuils de Central Park sont tristes le lundi

les écureuils

 

Quatrième de couverture :

Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

 

Mon avis :

 

Passez votre chemin !! 

Ce troisième tome est d'un désolant !!! 850 pages ... et rien ! Il y a bien une histoire mais c'est creux, il n'y a pas de texture, pas de vie dans ce livre ! Joséphine est toujours héitante, dans le doute  et franchement au début de ce troisième tome cela commence à devenir lassant,  elle est molle  et ce n'est plus supportable !! Quand enfin, elle reprend un peu de consistance c'est à la découverte de ce petit carnet, et de cette histoire avec Cary Grant. Mais c'est là un soufflet qui gonfle, qui gonfle et à peine sorti du four s'écroule sur lui même !! Alors que l'auteur nous tenait en haleine, la rencontre entre Joséphine et "le petit jeune homme" est une réelle déception! De même, Shirley devient elle aussi imcipide, elle doute et devient presque un double de Joséphine !! Au secours !! Philippe s'exile à Londres, rencontre Becca, voilà un peu de nouveauté ...  et là encore, un essoufflement de l'auteur !! Henriette fait son retour avec Chaval et alors là, l'auteur nous sort une remake de Barbara Cratland avec une pointe de sarcasme, une l'histoire invraissemblable d'escroquerie dont la fin est baclée !! Et je ne vous parle même pas de Junior qui a 3 ans, parle anglais, latin a besoin de tuteur universitaire pour le stimuler, et qui peut même lire dans les esprits ... !!  Au bout de 840 pages, voyant le livre se terminer, je me sentais enfin soulager et perplexe . La fin tient en moins de 10 pages,  plus où moins conté par Junior, on ne peut nier que cela donne un sentiment d'empressement à finir de la part de l'auteur !! 

Bref, beaucoup de pistes, des choses plus ou moins intéressantes qui nous tiennent, qui nous font espérer ... mais rien!! Malgrés, une écriture  plutôt agréable, il n'en reste pas moins que ces 850 pages sont étouffantes !! Je suis heureuse d'avoir lu ce livre et d'en avoir fini avec cette trilogie, cependant j'avoue que ce dernier opus n'a pas de réel intérêt, si ce n'est enrichir l'éditeur !! 

Posté par Babsoulelou à 01:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Les Ecureuils de Central Park sont tristes le lundi

    Je suis exactement du même avis que toi, du début jusqu'à la fin de ton texte! J'ai partagé la même déception que toi et je ne suis pas certaine de lire son prochain livre...
    A très bientôt,

    Posté par Alexandra, 11 novembre 2012 à 07:28
  • coucou

    mince bien dommage ....
    bon dimanche

    Posté par valou, 11 novembre 2012 à 09:54
Poster un commentaire